[SCIENCES] COSMOS : rencontre avec Neil deGrasse Tyson et Ann Druyan

avril 16, 2014 dans Culture scientifique, Vers la science

Carl Sagan

Aux Etats-Unis, l’astronome Carl Sagan est un mythe. Il était plus qu’une superstar, il était un héros.

Décédé en 1996, son héritage est considérable : plusieurs centaines d’articles scientifiques, des dizaines d’ouvrages de vulgarisation, la plaque sur la sonde Pioneer 10 contenant des informations sur l’espèce humaine et un plan du système solaire à destination d’une éventuelle civilisation extraterrestre, la création du programme SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) et la fondation de la Planetary Society.

En France, il est surtout connu pour avoir écrit le roman « Contact », dont il a co-produit avec son épouse Ann Druyan l’adaptation au cinéma avec Jodie Foster dans le rôle-titre.

Et, bien sûr, la série COSMOS. Diffusée en 1980 aux Etats-Unis et sur Antenne 2 en 1981, elle a été vue par 750 millions de téléspectateurs dans 175 pays, devenant la série scientifique la plus vue au monde.

Ann Druyan, désormais veuve, a voulu remettre au goût du jour sa série phare en 13 épisodes comme l’originale qu’elle avait déjà co-produite avec son mari.

Ann Druyan et moi-même

Pour ce remake, elle s’est associée avec Seth Mac Farlane (le créateur de Family Guy) et à la Fox. Grand bien lui en a pris : avec 1 million de dollars par épisode et un budget dément pour la communication (j’ai été invitée à Londres, comme nombre des confrères et consoeurs européens pour l’occasion), le COSMOS seconde génération est un bijou visuel (les images de l’Univers sont à couper le souffle et les personnages historiques sont représentés par un dessin animé à la fois brut et touchant) et une merveille de vulgarisation scientifique.

« Absolument tous les publics sont visés« , m’a-t-elle confié quand je lui ai demandé à qui s’adressait cette série. « C’est exactement ce qu’il ne faut jamais faire en production« , a-t-elle ajouté dans un sourire.

C’est exact, mais elle savait déjà qu’elle serait l’exception qui confirmerait la règle. Car COSMOS mélange histoire des sciences, faits scientifiques, voyage dans le « vaisseau de l’imaginaire » et émotion : « COSMOS est fait pour que chacun puisse ressentir l’Univers« , a résumé pour moi Neil deGrasse Tyson.

Ah, Neil DeGrasse Tyson… Quand j’ai su que j’allais le rencontrer à Londres, un sourire niais ne m’a pas quittée pendant plusieurs jours. Astrophysicien, directeur d’un planétarium à New York, hyperactif sur Twitter, il est tellement emblématique aux États-Unis qu’il a joué son propre rôle dans « The Big Bang Theory ».

Il fait le show, à l’américaine, pour impressionner les journalistes : quand Emilie Martin (de Ciel et Espace) et moi-même sommes allées le saluer au cocktail qui précédait la projection du premier épisode, il s’est écrié « Oh ! France ! Wine ! » et il est parti dans une tirade pour nous expliquer l’origine française d’une partie de son nom « DeGrasse » (une histoire à base d’oiseau, je crois, mais j’ai pas tout compris…) et il nous a cité une dizaine de vins avant de saluer avec le même entrain notre consoeur russe. Il a multiplié les selfies (j’ai le mien, oui oui…) et les réponses aux questions.

Le lendemain, pour les interviews, il est arrivé avec un chapeau de cowboy et a retiré une de ses monstrueuses bottes à éperons pour prouver à une journaliste qu’il avait de plus grands pieds qu’elle.

Cet immense bonhomme a l’oeil qui frise autant que sa moustache. Malheureusement, quand est venu mon tour, il commençait à fatiguer. Et le ton est devenu d’autant plus grave quand j’ai rebondi sur ce qu’il avait dit la veille au soir après la projection du premier épisode : « COSMOS est là pour expliquer la raison pour laquelle les sciences sont aussi importantes. » Je lui ai alors demandé pourquoi était-ce si important aujourd’hui, avec à l’esprit le problème du Créationnisme enseigné dans de trop nombreuses écoles aux Etats-Unis. Voici ce qu’il m’a répondu :

« La vérité n’est pas ce que vous voulez qu’elle soit, la vérité est ce qui est. » Il rejoint sur ce point Ann Druyan qui a co-produit COSMOS à nouveau pour justement, et entre autre, combattre l’obscurantisme et l’ignorance. « Ce qui compte, c’est ce qui est« , m’a-t-elle soutenu en me regardant droit dans les yeux. « Si tu aimes vraiment la nature, l’Univers et la vie, alors tu veux savoir comment tout ça fonctionne vraiment. L’humilité, c’est de vouloir vraiment savoir ce qui est. Le bonheur, c’est de comprendre.« 

Elle prêchait une convaincue mais il est difficile de ne pas penser à tous les obscurantistes religieux qui imposent leur vision du monde, et pas seulement aux Etats-Unis. Ils ne seront jamais cités mais Neil DeGrasse Tyson a expliqué ceci à mon confrère du Figaro : « Je n’ai rien contre la religion, au contraire. Mais, de la même manière que je ne cherche pas amener la science dans les églises, je ne veux pas que la religion entrent dans les manuels scolaires de nos enfants.« 

Ann Druyan s’en sortira par un autre biais grâce à ma consoeur russe qui lui a rappelé les propos de Stephen Hwaking qui prône pour l’arrêt d’envoi de signaux ou de plaques indiquant notre position dans l’Univers, de peur qu’une civilisation décide de nous anéantir.
Pour la productrice, la réponse est sans appel : « Quel qu’en soit le prix, je crois que savoir est toujours mieux qu’ignorer. L’ignorance, c’est être perdu. Même en ce qui concerne la vie extraterrestre. »
Je n’ai pu m’empêcher alors de penser à cette fameuse citation de Carl Sagan : « Si nous étions seuls, ce serait un beau gâchis d’espace…« 

Comme Carl Sagan, la question de la vie ailleurs est LA question à laquelle Ann Druyan aimerait avoir une réponse. Et pas très loin derrière, celle-ci : « Vivons-nous dans des multivers ? » C’est un des thèmes qui est abordé dans le remake de 2014 et qui n’apparaissait pas dans le COSMOS original.

Parce que COSMOS n’apporte pas seulement des réponses : il soulève tout autant de questions, à l’image de la science. Et quand j’ai demandé à l’astrophysicien Neil deGrasse Tyson les réponses qu’il aimerait avoir, voici ce qu’il m’a dit :

À la fin du premier épisode du nouveau COSMOS, l’astrophysicien explique pourquoi il est légitime en tant que successeur de Carl Sagan. Je ne vous spoilerai rien mais la séquence est émouvante. Seulement, c’est bien beau de jouer les scientifiques à la télévision… encore faudrait-il qu’il n’oublie pas de faire de la science. Je lui ai alors demandé sur quoi il aimerait travailler après la diffusion – et la promotion – de COSMOS.

La Voie Lactée… Si vous voulez la découvrir, si vous voulez prendre place à bord du vaisseau de l’imaginaire et voyager au-delà de de notre galaxie jusqu’à l’infiniment petit, alors rendez-vous tous les dimanches à 20h40 sur la chaîne National Geographic (gratuite pour les clients Numéricable et FREE ayant souscrit l’option TV).

Ceci est un billet auparavant publié sur le Blog au Carré !

Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 5

avril 6, 2014 dans Pendant ce temps-là, dans l'Univers, Projet Voie Lactée

Pour en savoir plus…

C’est une découverte à laquelle personne ne s’attendait… : un astéroïde avec des anneaux !

C’est un parachutiste norvégien qui a failli se faire couper en deux par une météorite

Voici une synthèse du dernier rapport du GIEC (le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Mars sera au plus proche de la Terre le 14 avril, ne manquez pas ça !

La dernière proposition en date (!) concernant la naissance de la Lune serait donc 95 millions d’années après la formation du système solaire.

Nouvelle venue dans le système solaire : la planète naine 2012VP113 !

Alexandre Astier a révélé l’affiche et le nom de son prochain spectacle : « L’exoconférence ». Il a mis en lien sur son compte Twitter les différents sites de réservation de la tournée française. Concernant Paris, les réservations seront ouvertes à partir du 20 mai. J’ai hâte de voir ça… :-)

… et nous avons effectivement discuté en Klingon, la langue de Star Trek.

Voici la traduction :
- phrase 1 « Ne sois pas idiot… Oui ! »
- phrase 2 « Une langue ne suffit jamais… »
- phrase 3 « Je parle un peu la langue de Tau Ceti ! »

Oui. Ben on s’amuse comme on peut, hein… :p

Si vous avez un compte Twitter, vous pouvez suivre la liste ou les comptes de l’Univers !

LES ÉPISODES PRÉCÉDENTS
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 1
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 2
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 3
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 4

LA SUITE !
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 6 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 7 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 8 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 9 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 10 (à venir)

Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 4

mars 24, 2014 dans Pendant ce temps-là, dans l'Univers, Projet Voie Lactée




Si vous avez un compte Twitter, vous pouvez suivre la liste ou les comptes !

LES ÉPISODES PRÉCÉDENTS
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 1
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 2
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 3

LA SUITE !
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 5 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 6 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 7 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 8 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 9 (à venir)
Pendant ce temps-là, dans l’Univers… 10 (à venir)

[MARS ONE] Est-ce que vous êtes folle ? (Are you crazy ?)

mars 23, 2014 dans Mars One

« Est-ce que vous êtes folle ? » La question m’a été posée des centaines de fois. Je peux parfaitement le comprendre. Malheureusement, elle m’a trop souvent été posée de manière agressive ou méprisante. Et dans ce cas-là, ça m’énerve. Voici ma réponse aux malpoli(e)s.
« Are you crazy ? » I’ve been asked this question hundreds of times. I perfectly understand why. Unfortunately, too many people asked this with aggressiveness or contempt. I feel so upset when it happens ! Here is my answer to rude people.

La fonte des glaces a fait émerger un virus géant vieux de 30 000 ans toujours actif. Et ça ne fait que commencer.
A 30.000 years-old giant virus came back to life because of the melting of the ice caps. It is still dangerous. And it’s only a beginning.

Il n’y a jamais eu autant de CO2 dans l’atmosphère depuis 800 000 ans.
There has never been so much C02 in the atmosphere for 800.000 years.

La demande mondiale d’énergie menace les ressources en eau.
Water resources are endangered by world’s energy needs.

On est de moins en moins intelligent à force d’être exposés à des toxines.
Toxins made us less and less intelligent.

No comment.

La semaine dernière, un tiers de la France a été polluée aux particules fines pendant une semaine. Et je ne parle même pas de la Chine…
One third of France was polluted with particulate matter last week during several days. Not to mention China…

Saura-ton un jour combien de litres d’eau contaminés auront été déversés dans l’océan Pacifique depuis Fukushima ?
How much radioactive water have been thrown into the Pacific ocean ?

Il existe déjà une carte des conflits environnementaux dans le monde.
A map for environmental conflicts already exists.

Il existe un 7ème continent, constitué de 7 millions de tonnes de plastique, dans l’océan Pacifique. Un 8ème continent de plastique a ensuite été découvert dans l’Atlantique Nord.
There is a 7th continent in the Pacific ocean made of 7 millions tons of plastic. A 8th plastic continent was discovered in North Atlantic.

Une violente tempête solaire pourrait faire griller tous nos satellites.
A strong sun storm could burn out the whole fleet of our satellites.

Un astéroïde géocroiseur s’écrasera sur Terre un jour ou l’autre. Ça s’est déjà produit. Ça se reproduira. Ce n’est pas de la science-fiction. Et on n’a pas de solution pour le moment.
An asteroid will hit the Earth one day. It already happened. It will happen again. It’s not science-fiction. And there is still no solution.

La part des émissions de carbone organique en Afrique pourrait passer à 50% en 2030.
Africa is about to spew half world’s particle pollution by 2030.

« La Grande Barrière de corail a perdu plus de la moitié de ses coraux au cours des 27 dernières années sous l’effet de facteurs météorologiques (tempêtes), climatiques (réchauffement) et industriels. » Et c’est pas fini.
« The Great Barrier Reef has lost half its coral cover in the last 27 years. The loss was due to storm damage (48%), crown of thorns starfish (42%), and bleaching (10%). » And we’re not done yet

Une étude parrainée par la NASA annonce que notre civilisation industrielle va s’effondrer dans les prochaines années à cause d’une surexploitation des ressources naturelles et une distribution des richesses trop inégale.
« A new study sponsored by Nasa‘s Goddard Space Flight Center has highlighted the prospect that global industrial civilisation could collapse in coming decades due to unsustainable resource exploitation and increasingly unequal wealth distribution. »

Le champ magnétique de la Terre pourrait s’inverser dans 1500 ans. (Et ce serait très, très mauvais pour la plupart des êtres vivants.)
The magnetic field of the Earth could reverse in 1.500 years. (And it would be very, very bad news for most of the forms of life on the planet.)

La dernière bordure stable de la calotte glaciaire du Groenland fond à son tour. La hausse du niveau de la mer va augmenter plus rapidement que prévu.
« Global sea levels may rise faster than anticipated due to a rapid melting of the north-east corner of the Greenland ice sheet. »

Politiciens discutant du réchauffement climatique, de Isaac Cordal (Politicians discussing global warming, by Isaac Cordal)

Un rapport non-définitif du GIEC a fuité : la montée des eaux générera des déplacements de centaines de millions de personnes avant 2100 ; le réchauffement climatique réduira les récoltes de 2% tous les 10 ans alors que la demande augmentera de 14% tous les 10 ans jusqu’en 2050 ; les canicules, les incendies, les maladies liées à la qualité de l’eau exploseront ; ainsi que les conflits violents dus à la pauvreté et aux chocs économiques. Ce n’est que le rapport provisoire… et nos dirigeants (en Europe, en tout cas) n’en ont strictement rien à foutre.
A draft report from UN panel leaked : hundreds of millions of people will be affected by coastal flooding and displaced before 2100 ; climate change will reduce median yields by up to 2 per cent per decade for the rest of the century – against a backdrop of rising demand that is set to increase by 14 per cent per decade until 2050 ; it will lead to increases in ill-health in many regions (greater likelihood of injury, disease and death due to more intense heatwaves and fires, increased likelihood of under-nutrition, and increased risks from food and water-borne diseases) ; and so on… It’s just a draft… and our (European) politicians don’t give a shit about this. 

Je m’arrête là mais je pourrais continuer longtemps, comme ça. Il y a des exemples chaque jour. Et vous n’êtes pas curieux de savoir s’il existe une porte de sortie ?…
I stop here but I could go on and on. There are many examples every single day. So… Don’t you want to know if there is a way out ?…

EST-CE QUE VOUS ÊTES FOUS ?
ARE YOU CRAZY ?

D’autres articles à propos de Mars One :
Other articles about Mars One :
10 bonnes raisons de m’installer sur Mars (10 good reasons to settle on Mars)
Dire non aux gravités (Say no to gravity and seriousness)
Mon premier équipage idéal (My perfect first crew)
Mourir sur Mars : et alors ? (Death on Mars : so what?)
Du recul pour penser l’humain (A global view to think about what being human means)
Ma candidature en ligne ! (I applied for Mars One !)
Téléréalité ou réalité à la télé ? (Reality show or reality on TV?)
5 questions débiles à propos de Mars One (5 dumb questions about Mars One)

[HUMEUR] Lettre ouverte à Serge Brunier de Science & Vie

mars 13, 2014 dans Humeur

Cher Serge Brunier,

Alors que je m’apprêtais à me sustenter d’une pomme d’un joli rouge sans doute rendu brillant par une quantité non négligeable de pesticides (mais peu importe), que vois-je passer dans ma TL ? Ce tweet.

 

Chouette !, me dis-je, voici une auto-excuse pour perdre 5 minutes de plus avant de me remettre au travail. Je clique, je scrontche-scrontche une première fois dans le premier quartier de ma pomme (Ariane, mes préférées, et en plus elles sont françaises donc à peu près écolo-économico-friendly et elles portent le nom d’une célèbre fusée que vous connaissez bien) et j’entame la lecture de votre article billet.

Dès le titre, le ton étant donné, j’avais bien compris que vous ne seriez pas tendre, et j’aime plutôt ça – non par pur masochisme, mais parce que voyez-vous, quand je m’intéresse à quelque chose (là en plus je suis personnellement impliquée, mais j’y reviendrai), j’aime bien prendre tous les avis, mêmes les plus extrêmes, mêmes les plus désagréables, parce que je trouve ça enrichissant et instructif d’écouter tout le monde.

Avant même de commencer ma lecture, il faut bien vous avouer que mon coléromètre a grimpé subitement de 2-3 crans en voyant ça :

Décidément, c’est une obsession, chez vous. Mon obsession à moi, voyez-vous, c’est de rayer cette expression du vocabulaire (hors contexte historique, vous avez 39 ans de retard, nom de nom !!) parce qu’elle n’a plus aucun sens aujourd’hui. Il me semblait pourtant avoir été claire dans mon billet défendant l’utilisation de « exploration spatiale », écrit d’ailleurs suite à la lecture de votre hors-série sur Mars.

Car même si l’on met de côté les considérations éthiques et philosophiques, ainsi que ma faiblesse de croire que le choix des mots utilisés a son importance (« vile gredine », c’est quand même pas la même chose que « sale pute », j’imagine que vous serez d’accord avec moi sur ce coup-là), l’expression « conquête spatiale » n’est plus utilisée nulle part, jamais, par personne (hors contexte historique) depuis 1975, les agences spatiales les premières (vous pourrez vous référer à mon billet sus-cité, il y a les preuves et les sources). J’estime donc que c’est un devoir en tant que journaliste scientifique de privilégier l’expression « exploration spatiale ». Même quand on parle de Mars One, eh oui, croyez bien que j’ai corrigé un par un les douze millions de journalistes qui m’ont interviewée sur ce sujet.

Mais vous n’êtes sans doute pas responsable du titrage du site de Science & Vie. Passons donc.

Après un scrontch-scrontch n’annonçant rien de bon pour la détente de ma mâchoire et mon coléromètre vaguement redescendu, j’attaque donc la lecture de votre texte. Pfou… Moi personnellement, quand un mot sur deux est un adjectif qualificatif, je me dis que l’auteur a besoin de méchamment trouver une combine pour grappiller sur le nombre de signes qu’on lui a demandé parce qu’il n’a pas forcément de fond à fournir – du coup, rattrapons-nous sur la forme.

Mais bon. Je suis sans doute mauvaise langue, donc j’évacue cette vilaine mauvaise foi et continue à vous donner votre chance.

Ah !! Nous y voilà !! Vous atteignez le point « MER IL ET FOU » à la septième ligne avec un tendre « gogos« . Décevant tellement c’était attendu – mais c’était peut-être votre premier papier sur le sujet, alors bon, admettons, je laisse passer dans un sourire – d’autant plus que ma précieuse Ariane s’avère juteuse à souhait.

Oui, sauf que 5 lignes plus tard, c’est bien à cause de ce jus avalé de travers que je manque de m’étouffer.

« (…) l’idée de projeter dans l’espace les pires miasmes de la société humaine contemporaine (…)« 

Pardon mais… vous êtes sérieux ?

Ah oui, nous y voilà. Je SUIS un de ces « pires miasmes ». Et manque de bol, je suis aussi une fidèle lectrice de Science & Vie depuis fort, fort longtemps (et bizarrement, je suis pas sûre que ça dure encore, du coup).

Que vous critiquiez, cher Serge Brunier, l’association Mars One/Uwingu (qui m’attriste et que je déplore aussi), c’est une chose et c’est très bien. Que vous insultiez vos lecteurs en passant (qui ne sont d’ailleurs pour rien dans l’opération), là ça m’embête un peu plus.

Je continue ma lecture.

Ah, un point « conquête spatiale ». Là, plus d’excuses, c’est bien vous qui l’avez écrit. Soupir. Je passe. Mais plus loin, vous insistez sur ces crétins de candidats qui, décidément, sont des gens forcément complètement débiles et écervelés : « (…) probablement peu au fait de l’état de l’art en matière spatiale (…)« .

Dommage pour vous, il y a parmi les candidats des personnes qui travaillent à la NASA (dont un qui y a passé une grande partie de sa carrière), des ingénieurs au CNRS, des médecins responsables des vols paraboliques et des chroniqueuses scientifiques à France Inter spécialisées dans le spatial et les sciences de l’Univers.

Survolez mon blog. Ecoutez mes podcasts et mes chroniques. Et venez me dire en face que je suis « peu au fait de l’état de l’art en matière spatiale ».

Oui, en face, j’y tiens. Wikipédia m’indique que vous chroniquez sur France Info. Mais alors nous sommes confrères ! Pardon, hein, de vous mettre dans la même catégorie qu’une « gogo », mais si vous passez par la Maison de la Radio ces prochains jours, n’hésitez pas à me faire signe (enfin, avant quand même, parce que j’y suis pas tout le temps).

Le projet Mars One est critiquable. On peut se poser des questions sur la santé mentale des candidats. Mais qu’on méprise aussi ouvertement des personnes dont le seul crime est de rêver, je ne suis pas sûre que ce soit constructif, non.

J’ai eu de longues discussions avec Romain Charles, avec Francis Rocard, avec Philippe Henarejos, avec Michel Tognini, avec Neil deGrasse Tyson (j’en passe et des meilleurs). Je ne vous fais pas l’affront de vous rappeler qui sont ces messieurs (et puisque vous faites de l’adjectif-dropping, je n’ai aucun scrupule à faire du name-dropping, na).
Et chacun d’entre eux, du plus sceptique et réfractaire au plus ouvert, a eu au moins la décence et le respect d’écouter ce que j’avais à dire de mon côté.

Alors la prochaine fois que vous souhaitez insulter les candidats à Mars One – très bien ! vous en avez le droit. Mais ce serait pas mal de le faire en toute connaissance de cause et de vous renseigner avant sur ces personnes et leurs motivations.

Je me tiens à votre disposition si vous souhaitez corriger le tir. Ça me ferait vraiment plaisir de vous rencontrer, je suis sûre que vu votre parcours, j’aurai beaucoup à apprendre de vous. Il y a mon mail dans la rubrique « Contact » de ce blog, n’hésitez pas.

Oh, et en tant que candidate à Mars One, j’ai dû faire un check-up médical complet pour pouvoir poursuivre les étapes de sélection. Si je reste toujours un « miasme », je peux vous garantir, preuves à l’appui, que je n’en aurai aucun à vous refiler.
Et bien que je sois particulièrement raide en ce moment (aaaah, ces vils intermittents qui s’enrichissent en n’en foutant pas une…), je tiens à vous l’offrir, ce café.

Spatialement vôtre,

Florence Porcel