[DOCU] Lettre à Anaïs

22 mai 2014 dans En vrac

Chère Anaïs,

Je dirais bien que cette lettre sur mon modeste blog écrite depuis Paris est une bouteille à la mer, mais je la vois plutôt dans un champ. Et pas une vilaine bouteille en plastique qui salit nos paysages, non, plutôt une jolie bouteille en verre travaillé, de celles que ma mère trouve dans des brocantes et qui nous servent de cruches de table parce qu’elle trouve ça plus beau. Moins pratique, mais plus beau, plus vrai. Comme votre chemin, Anaïs.

J’ai vu vos bottes fendre votre bout de terre pour aller prendre soin de vos plantes. Ce pas ferme, déterminé, sûr de la voie à prendre et de l’objectif à atteindre. Vous étiez au bout de ces bottes, bien sûr. Bien dans vos baskets, paradoxalement. Droite.

Vous m’avez émue. Je le suis à nouveau en écrivant ces mots. Vous êtes un héros. Je n’aime pas le mot « héroïne ». Et en fait, non, à tout bien réfléchir, je crois que si vous m’avez tant émue, c’est justement parce que vous êtes profondément humaine et bouillonnante de vie, d’envie et de passion. Les héros de fiction ont des super-pouvoirs et des heures sombres qui les poussent à la justice, à la vengeance. Vous êtes simplement, magnifiquement, une être humaine dans tout ce qu’elle a de noble. 

Je vous admire, Anaïs. Merci d’être devenue si vite qui vous êtes. Merci de faire ce que vous avez envie de faire. Vous êtes l’humanité dont je rêve. Merci d’avoir prouvé qu’elle peut encore exister.

J’aimerais tellement consommer vos plantes comme vous aimez les faire pousser…

Et merci d’avoir bien voulu laisser une caméra capter toute cette lumière dans votre regard. Merci de l’avoir offert à la réalisatrice de ce documentaire qui a su vous voir.

Restez droite dans vos bottes, Anaïs. Le monde a besoin de vous.

[ACTUALISATION]
On peut aider Anaïs à acheter sa propre terre grâce à un projet de crowdfunding sur Ulule :-)